Témoignages de bénéficiaires ou de leur entourage

Je m’appelle Renée et mon mari s’appelait Roger. (…) A l’âge de 37 ans, suite à un bilan médical subi à l’hôpital Saint Luc de Bruxelles, le diagnostic de sclérose en plaques tombe comme un couperet. (…). Lorsque j’ai eu besoin d’aide, je me suis renseignée auprès de ma mutualité socialiste qui m’a informé de la présence en leurs murs de la CSD. (…)

On peut dire que chaque journée présentait son défilé de personnes, que chaque journée démarrait vers 7h pour ma préparation personnelle. Vers 7h30 l’infirmière arrivait avec son côté rassurant, réconfortant, chaleureux et entamait les soins quotidiens qui duraient de ¾ h à 1h30. C’est le moment pendant lequel nous échangions, nous rions, nous prenions des décisions, nous râlions, nous transpirions, nous supportions, nous acceptions,…

10h, la kiné prenait le relais. Entretemps, l’aide familiale arrivait et commençait les tâches ménagères. 12h, un deuxième passage de l’infirmière s’imposait parfois ! Vers 16h, la kiné revenait! Vite avant le 3ème passage infirmier qui concluait cette journée par les soins et la remise au lit. Il est + ou – 18h ! Je souffle…je respire…Pourvu que l’alarme de la pompe ne sonne pas. Voilà une journée type, une journée parmi tant d’autres !

Renée

Atteinte depuis 1995 d’une sclérose en plaque, j’ai fait appel au SAFTAM pour m’aider. Je n’osais plus demander à ma famille car je me sentais coupable de les solliciter sans cesse. Aujourd’hui, je reçois de l’aide 7 jours sur 7 : l’aide familiale et l’infirmière viennent deux fois par jour, le kiné une fois par jour et la garde à domicile plusieurs jours par semaine.

Bénéficiaire du SAFTAM, Tournai

Grâce à l’aide des professionnels, j’ai retrouvé une certaine disponibilité. Je me suis dégagée de nombreux soucis et je sais que je peux m’appuyer sur des personnes compétentes qui, en plus, me tiennent au courant des moindres changements. Du coup, quand je vois ma mère, j’arrive mieux à me centrer sur elle et je sens qu’elle l’apprécie.

Lucile, 42 ans, prend soin de sa maman