Ergothérapeute

En tant qu’ergothérapeute, vous permettez aux bénéficiaires de rester plus longtemps à domicile, en toute sécurité. Vous les aider à retrouver ou conserver leur autonomie dans les tâches de la vie quotidienne.

 

Activités à effectuer

Votre activité commence par une rencontre du bénéficiaire à domicile. Au cours de cette visite, vous écoutez la personne, prenez connaissance de ses besoins, analysez ses difficultés et observez son environnement. Suite à cette visite :

  • vous suggérez  des aménagements pour que le domicile soit le plus adapté possible à la situation du bénéficiaire ;
  • vous suggérez des aides techniques pour aider le bénéficiaire dans les tâches quotidiennes ;
  • vous enseignez les bons gestes  (comment « bien tomber », comment se relever,…).

L’ensemble de ces conseils et suggestions permettront à vos bénéficiaires de retrouver autonomie et indépendance à domicile.

 

Travail en équipe

Vous travaillez en collaboration avec les différents intervenants du domicile (médecin traitant, assistante sociale, aide familiale, garde à domicile, kinésithérapeute,…). Ce travail multidisciplinaire vous permet d’avoir une vision globale de la situation du bénéficiaire et de ses besoins.

Vous êtes en contact direct également avec les brico-dépanneurs. Ceux-ci réalisent les aménagements que vous avez conseillés pour favoriser la maintien à domicile des bénéficiaires.

 

Compétences et qualités indispensables pour exercer ce métier

Un ergothérapeute doit avoir les compétences et les qualités suivantes :

  • aimer les relations humaines,
  • avoir le sens de l’observation,
  • savoir établir un bon contact avec ses bénéficiaires,
  • faire preuve de créativité,
  • faire preuve de psychologie,
  • savoir travailler en équipe,
  • s’adapter aux évolutions technologiques.

 

Diplôme et certificat requis

Pour être engagé comme ergothérapeute, vous devez :

  • être en possession d’un bachelier en ergothérapie. Pour obtenir ce diplôme, vous pouvez suivre l’un des enseignements suivants :
    • l’enseignement supérieur paramédical de type court de plein exercice,
    • le jury supérieur paramédical de la Communauté française.
  • vous formez de manière continue (études personnelles, participation à des activités de formation)
  • avoir le permis de conduire (B).